Le mot du recteur...

« Ascolta… devi formare dei preti bravi,

              misericordiosi

                    e santi !

     Santi eh ! » 

      (Pape François au P. Guillaume Bruté de Rémur, 11/11/2015

          Par ces mots, le 11 novembre dernier, le Pape François interrompait le petit discours que je m’étais préparé pour lui parler de notre projet et lui demander de signer le parchemin de la Première Pierre.

          Par ces mots il me rappelait ma mission : former. Dieu nous a formé de l’argile, de la terre et me voilà à collaborer à cette création nouvelle qui émerge peu à peu de celle marquée par la division, le refus, le péché, la mort.

          Former des prêtres braves ! C’est certain, le monde a besoin de guides bienveillants, bons, mais il a besoin aussi de bravoure, de courage, de ce courage d’aimer qui fait tant défaut quand tout porte à croire que la violence est la seule réponse possible.

         Le courage d’aimer, c’est le courage de pardonner, d’être les témoins de la miséricorde que Dieu a révélée en envoyant son Fils pour sauver l’humanité malade.

         Et n’est-ce pas là la sainteté de Dieu ? Tirer de la mort la vie ?

         Nous voilà donc tous appelés à participer à cette œuvre de réconciliation, de salut… Tous autant que nous sommes, chacun à notre mesure, nous pouvons y collaborer et c’est pour cela que je vous souhaite la BIENVENUE !

 

                            Le recteur

              P. Guillaume Bruté de Rémur


 

 

Le séminaire Redemptoris Mater

          Fondé au Caire en octobre 1995 le Séminaire Interrituel International Missionnaire Redemptoris Mater a son siège au Liban depuis octobre 1999. Actuellement sous la responsabilité d’un Cœtus d’évêques éparchiaux – S.E.R. Mgr Michel Aoun, Évêque Maronite de Byblos-Jbeil et S.E.R. Mgr Élie Haddad, Archevêque Grec Melchite de Sidon – ce séminaire forme des jeunes provenant du monde entier à devenir des presbytres diocésains missionnaires au Moyen-Orient, au Soudan, en Afrique du Nord et auprès des minorités catholiques orientales dans le monde. Désireux de répondre au souhait des derniers souverains pontifes qui ont insisté sur l’importance de la nouvelle évangélisation, plusieurs évêques ont déjà inscrit dans leurs éparchies des presbytres formés dans cette institution. Certains d’origine latine ont reçu du Saint-Siège l’adaptation à leur rite d’incardination.

            De fait, le contexte international et interrituel de la formation réalise le vœu des Pères du Concile Vatican II exprimé dans le décret Optatam Totius au N. 20 :

« On préparera aussi soigneusement les séminaristes à susciter et à soutenir l’action apostolique des laïcs et à promouvoir des formes diverses et toujours plus efficaces d’apostolat. Enfin, on les pénétrera de ce véritable esprit apostolique qui les habituera à dépasser les limites de leur propre diocèse, nation et rite, pour subvenir aux besoins de l’Église entière, prêts au fond du cœur à prêcher l’Évangile jusqu’aux extrémités de la terre. »

           Le Séminaire Redemptoris Mater est ainsi un mode de réalisation concret de la collaboration entre les Églises d’Orient et d’Occident.

        Actuellement, 17 séminaristes de 4 rites et de 11 nationalités sont en formation. 18 presbytres ont déjà été ordonnés : 3 Latins (Archidiocèse de Khartoum et diocèse de Cosenza en vue d’un service en Afrique du Nord) ; 4 Coptes catholiques (Éparchie patriarcale du Caire) ; 6 maronites (Éparchies de Beyrouth, de Byblos, du Brésil et du Caire) ; 2 syro-catholiques (Éparchie du Caire), 2 grecs-catholiques melchites (Éparchies de Tyr et de Sidon) ; 1 arménien catholique (envoyé par le Patriarche au service l’Exarchat d’Amérique latine en Argentine).

VIDEOS